Archive for septembre, 2009

1

Vers un contrôle de la musique sur le net en Chine

No Gravatar

En Chine, la musique se trouve très facilement sur le net. Aussi bien Google que Baidu proposent de la recherche de mp3, cela permet de trouver n’importe quelle chanson.

Le gouvernement chinois semble vouloir commencer à réguler tout ça en mettant en place un système d’autorisation pour la mise en ligne de musique, selon un article paru sur Rue89 :

La Chine, qui cherche à renforcer son contrôle sur l’Internet, a annoncé que les chansons, chinoises ou étrangères, disponibles sur les sites de musique devaient recevoir une autorisation préalable. [...]

Le ministère de la Culture a affirmé que cette nouvelle mesure était nécessaire « pour réguler la transmission de l’information culturelle, protéger la culture du pays et préserver l’éthique du public ». [...]

Le but est clairement le contrôle du contenu audio qui circule sur le web chinois par les organismes de censure.

Cette info tombe pile poil au moment où je viens de découvrir une chanson chinoise assez dure d’un chanteur chinois apparemment peu connu, Zhou Yunpeng (周云蓬). La chanson s’appelle « Enfants chinois » (中国孩子) et tomberait certainement sous le coup de la censure.

Les paroles disent qu’il ne fait pas bon être un enfant dans certains endroits de Chine (désolé pour les traductions approximatives) :

A Chengdu, maman est droguée et ne rentre pas à la maison de toute la semaine (Chengdu est connue pour la forte consommation d’héroïne)

Au Henan, ris d’avoir le SIDA dans le sang (Le Henan a été frappé par une grave affaire de sang contaminé qui en a fait la province la plus touchée par le SIDA de Chine)

Dans le Shaanxi, tu ne reconnais plus papa, il est devenu un panier de charbon (De nombreux hommes du Shaanxi quittent leur famille pour partir travailler dans les mines de charbons, souvent illégales)

Certains côtés noirs de la société chinoises sont mis en avant dans cette chanson, et la fin est encore plus crue :

Il ne fait pas bon être un enfant de parents chinois, s’il meurent de faim, ils sont capable de le manger. Alors que même une chèvre protège son agneau.

Il ne fait pas bon être un enfant de parents chinois, papa et maman sont lâches. Pour prouver qu’ils sont insensibles, même quand la mort arrive ils laissent leurs dirigeants passer devant.

La chanson est belle mais les paroles sont plutôt fortes, qu’est-ce que vous en pensez ?

4

Dispute entre shangaiennes

No Gravatar

Aujourd’hui j’ai assisté à une belle dispute entre deux shanghaiennes d’une trentaine d’années.

Ce midi, après avoir avalé un bon bol de nouille de riz au canard, j’ai pris le bus pour aller faire un peu de shopping. Je m’assois et je ferme les yeux, il y avait une petite brise j’aurais bien commencer une petite sieste.

Un des deux sièges derrière moi est mouillé et les gens hésitent à s’asseoir. Un chinois prend la place sèche, une autre chinoise hésite et finalement reste debout. A l’arrêt suivant, d’autres gens montent et une chinois arrive et pousse pour s’asseoir à la place libre derrière moi, il me semble qu’elle l’a juste un peu essuyée.

A ce moment-là, pour je ne sais trop quelle raison, la chinoise qui vient de s’asseoir et la chinoise qui avait préféré ne pas prendre la place commencent à s’engueuler. Comme souvent entre chinois ça commence doucement avant d’éclater, elles ont l’air de se reprocher quelque chose mais malheureusement je ne comprends pas bien le shanghaien. Ca dégénère quand la chinoise qui est assise se lève, elles se poussent l’une l’autre puis s’attrapent en criant de plus en plus fort.

Je crois entendre plusieurs insultes dont un très clair « Cao ni ma ! » (肏你妈 – nique ta mère) et elles finissent pas se taper dessus tout en continuant leur flot d’insultes. Pendant se temps le chauffeur s’arrête, les gens regardent avec agacement et la vendeuse de ticket crie aussi pour leur demander d’arrêter.

Finalement elles se calment un peu, le bus repart. La chinoise qui est debout passe un coup de fil, je crois qu’elle a pris une photo avec son portable. Quelques arrêts plus loin, celle qui était assise se lève pour descendre du bus et l’autre refuse de la laisser passer. Elle lui bloque le passage, je crois qu’elle veux la faire descendre au même arrêt qu’elle, elle a du appeler quelqu’un.

En poussant un peu et avec l’aide d’autres passagers, elle arrive à passer. Au moment de sortir, elle se prend un coup de la part de l’autre chinoise qui est encore à l’intérieur du bus, elle remonte et répond par quelques coups d’ombrelle, se prend plusieurs coups de pied et finit par filer.

J’ai pas bien compris pourquoi elles se sont battues mais ça devait pas être une raison pour en arriver là. Tout ça pour ne pas perdre la face… Les Chinois n’aiment pas perdre et encore moins sortir rabaissés d’une confrontation. Ca donne parfois des situations ridicules comme celle-ci.

Le pire dans tout ça c’est que je n’ai pas pu faire ma sieste et que j’en ai encore mal aux oreilles…

0

Question d’apparence

No Gravatar

Un ami espagnol vient de trouver un petit boulot dans une école de langue. Sauf que contrairement à ce que j’imaginais, ce n’est pas comme prof qu’il a été embauché.

Il doit se présenter à un endroit indiqué par l’école, retrouver un groupe de chinois et distribuer, pendant environ un heure, des tracts de l’école à des enfants, le tout agrémenté de sourires et de quelques « Hello !« . La séance lui rapporte un peu plus de 400 yuans (40 euros) !

Tout est fait pour attirer les élèves, et la présence d’un étranger est un gage de qualité. Il n’y a que l’apparence qui compte.

0

Cui Jian est dans la place

No Gravatar

Si je vous ai présenté Cui Jian ici, c’est parce que je suis tombé (depuis Danwei) il y a quelques jours sur un bootleg d’un concert qu’il a donné sur la place Tian An Men en 1989 pour soutenir les étudiants faisant la grève de la faim.

La performance n’est pas très longue, une vingtaine de minutes et 4 chansons, mais on ressent très bien l’ambiance qui devait reigner sur la place.

En tout ça tombe à pic car je suis en train de lire Prisoner of the State de Zhao Ziyang qui parle justement de ces événements et de la façon dont le gouvernement chinois de l’époque y a fait face.

Je vous renvois d’ailleurs à ce superbe reportage Flash publié par Le Monde début juin dernier.

2

Cui Jian, le père du Rock chinois

No Gravatar

Si vous aimez la Chine et que vous aimez le rock, vous vous devez de connaître Cui Jian (崔健). Cui Jian c’est tout simplement le père du rock chinois. Je vous invite à lire sa biographie sur Wikipedia.

Trompettiste et guitariste, il a démarré sa carrière dans les années 80 et a donné naissance au mouvement rock en Chine. Au début des années 90, il a été un temps censuré car il était proche des étudiants au moment des événements de Tian An Men. Pour tous les musiciens chinois, c’est une légende.

Lorsque j’étais à Xi’An, j’allais toujours au même magasin de musique. Et dès l’instant où j’ai demandé à voir les CDs de rock, le vendeur a sauté sur l’album phare de Cui Jian, Rock and Roll on the New Long March. Et depuis 4 ans je l’ai toujours sous la main.

Dès que j’en ai l’occasion, j’aime parler musique avec les chinois et notamment de Cui Jian. Mais malheureusement, j’ai l’impression que les jeunes générations ne sont pas vraiment attirés par sa musique. La mode est plus à la pop délavée qu’aux mouvements underground.

En cherchant d’autres infos sur le net je suis tombé sur ce clip en Flash de la chanson Rock and Roll on the New Long March (je mets le lien sinon le Flash se lance tout seul et c’est un peu chiant).

Et voilà la vidéo d’une de mes chansons préférées, yi kuai hongbu :

Ca vous plaît ?

Page 2 sur 212